Logement -Gîte

 

 Stage slow throwing 

  23, 24, 25 Novembre 2018 - de 10h à 18h 

 

Stage donné par Joëlle Swanet à Marchin

 

Prix 300€ terre comprise

 

P1000646.jpg

 

 

 

     Très souvent les potiers avec qui j'ai appris le tournage m'incitaient à tourner "plus vite", "plus vite"...  Logique lorsqu'on voit dans des ateliers de production semi-industriels des tours à vitesse constante rapide : ces tours sont impossibles à ralentir et tous les gestes doivent être accomplis très rapidement. Résultat de cette méthode - pour moi en tout cas : des tensions dans tout le corps, y compris dans le mental. 

Pourtant je n'ai pas l'intention de devenir ouvrier de production intensive, je souhaite garder le plaisir de tourner, tout en tenant compte de l'état de mes articulations. Et j'ai découvert que tourner très lentement me permet de tourner des grosses pièces (jusqu'à 20 kilos) quasi sans effort.

J'ai développé cette technique après avoir tourné en Chine et au Japon sur des tours sans moteur, donc très lents par rapport à nos tours électriques.

Cela m'apporte beaucoup au plan du calme intérieur, et cela me permet en plus de tourner des pièces de grande taille, en souplesse et en technique, là où la plupart des tourneurs (souvent masculins) utilisent la force et la vitesse.

C'est aussi le taichi et la prise de conscience de la puissance de la respiration (et de la contraction des abdominaux !) qui m'a permis de développer cette approche du "tournage en douceur" : après le "slow food", voici le "slow throwing" !

Un de ces tours était une simple girelle qu'il fallait mettre en mouvement à l'aide d'un baton. Un autre de ces tours avait la forme d'un diabolo (image de droite + quelques pièces que j'ai tournées sur ce tour à l'avant-plan). En tout cas pas de grand disque bien lourd sous le tour pour accroître la vitesse et la garder. Sans moteur c'est exténuant au début, mais cela oblige à développer énormément de technique. Et c'est cette technique que j'utilise à présent : avoir un ancrage profond qui me permet de donner ma stabilité à l'argile qui tourne, travailler avec la force passive du poids de mon corps, centrer à partir de mon propre "centre", adapter la vitesse du tour à mes besoins, utiliser ma respiration consciemment... Tourner est une expérience intime forte : le slow throwing m'a permis d'amplifier les sensations qui m'ont rendues "accro" au tournage. Venez essayer, et puis vous déciderez la méthode qui vous convient le mieux ! 

Joëlle Swanet

 

 

 

 

 

 

 

 

          

        

 

 

 

 

 

 
www.bleudecobalt.be